2048x1536-fit_zai-zai-zai-zai-extrait

ZAï ZAï ZAï ZAï: un road movie de FABCARO

Plusieurs blogueurs ont parlé de cette BD, elle recevait également de bons mots de copains libraires spécialistes en bandes dessinées, je me suis donc penché sur ce petit phénomène qu’est Zaï zaï zaï zaï de Fabcaro.

Il s’agit d’un petit livre à la couverture souple qui semble assez inoffensif à première vue. L’histoire est celle d’un homme (un bédéiste) qui, par mégarde, oublie sa carte fidélité dans un magasin à grande surface. Le gérant s’en mêle (ça ne se fait pas ce genre de truc!) et  ça tourne mal. L’homme fautif s’enfuit avec un poireau. La machine médiatique s’empare de l’affaire du fugitif et nous assistons à une crise à l’échelle nationale. Sur une trame de critique sociale assez distancée, l’auteur nous fait rire par l’absurdité des dénouements auxquels est confronté le héros. Les machinations médiatiques et la manipulation de l’opinion publique sont poussées à l’extrême et donnent lieu à des chutes bidonnantes. Honnêtement, il s’agit de la BD la plus drôle que j’ai lue depuis longtemps. Je ne veux pas gonfler inutilement vos attentes, mais j’ai bien ri.ZAï ZAï ZAï ZAï_1

Étonnamment (à première vue), l’auteur choisi un style de dessin très impersonnel dans une coloration en bichromie, ce qui donne un aspect terne à l’ensemble. Souvent, il ne dessine pas les yeux ou la bouche de ses personnages. Ses soustractions volontaires leurs donnent un air neutre qui accentue les propos et la chute du texte par leur contraste. Il utilise aussi l’allitération, la répétition d’images semblables, pour créer de façon très efficace un état où il est impossible d’en sortir, où l’on fonce droit dans le mur sans s’en soucier. Ce détachement face à des situations présentées comme graves, mais qui ne le sont pas en réalité, crée un effet très comique.

zai-zai-zai-zai

 Il m’est tout de même rare de rire à voix haute en lisant un livre. J’ai relu Zaï zaï zaï zaï le lendemain et je l’ai aimé encore. J’ai montré des pages à des copains, à mes enfants (des pages choisies, parce que…) et à ma copine, tellement je voulais partager ma joie. J’espère que vous aurez autant de plaisir que moi en fermant la quatrième de couverture de ce bouquin qui nous donne envie de fredonner du Joe Dassin.

ZAï ZAï ZAï ZAï3

Bonne lecture!

Dany Arsenault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>