quatre saisons été

Les quatre saisons de l’été — Grégoire Delacourt

Quatre saisons de l'été (Les) - Grégoire DelacourtCLIN D’OEIL sur le dernier roman de Grégoire Delacourt (auteur de La liste de mes envies) qui accompagnera agréablement vos vacances!

Quatre saisons, quatre personnages, quatre histoire d’amour: celle de Pimprenelle, d’Eugénie Guinoisseau, de Jacinthe et de Rose.

RÉSUMÉ: Été 99, dont certains prétendent qu’il est le dernier avant la fin du monde.  Sur les longues plages du Touquet, les enfants crient parce que la mer est froide, les mères somnolent au soleil. Et partout, dans les dunes, les bars, les digues, des histoires d’amour qui éclosent. Enivrent. Et griffent. Quatre couples, à l’âge des quatre saisons d’une vie, se rencontrent, se croisent et s’influencent sans le savoir.  Ils ont 15, 35, 55 et 75 ans. Ils sont toutes nos histoires d’amour.

EXTRAIT: Et comme pour les gens qui meurent, je repassais devant mes yeux le film de notre courte vie: ces promesses, ces peurs d’enfants qui deviennent la chair même du désir lorsqu’on grandit, ces rires qui avaient la légèreté des corps amoureux, tous ces rêves que l’on fait seul pour deux.

CE QUE LE PRESSE EN DIT: « Justement jalonné de beaux mots (qui sait que les quadricycles qu’on croise dans le Vieux-Port de Montréal portent le joli nom de «rosalie» ?), architecturé autour de ce langage aujourd’hui oublié qu’est celui des fleurs (l’équivalent subtil et parfumé des textos et émoticônes de notre ère), Les quatre saisons de l’été est dédié à «Dana, Dana, Dana et Dana», la femme du romancier. » (Marie-Christine Blais, LA PRESSE)

piles-de-livres

De belles surprises!!!

Je n’ai été absente que trois jours et en rentrant ce matin à la librairie, plein de belles nouveautés avaient fait leur entrée.

Parmi celles-ci, trois titres m’ont tout de suite accrochée:

Le coeur entre les pages - Shelly KingLE CŒUR ENTRE LES PAGES (Shellly King) pour sa page couverture!

Maggie, qui aime traîner dans les librairies de livres d’occasion, découvre une mystérieuse correspondance…

 

Le pélerin désorienté, Ariel KyrouLE PÈLERIN DÉSORIENTÉ QUI CHERCHAIT KYOTO À COMPOSTELLE (Gideon Lewis-Kraus)

Pour son titre!  Qui m’a fait sourire bien sûr et qui donne envie de partir…

 

Et celui-là que j’ai imaginé avoir été écrit pour moi (vous vous dites la même chose j’en suis certaine 😉 )

Ils sont amoureux, la vie est belle… Tout serait parfait s’ils ne vivaient séparés… lui sur la page de gauche, elle sur la page de droite…

Bonne lecture!!!

Mélanie

 

proulx_moi_w2343454567

Ce qu’il reste de moi — Monique Proulx

Monique ProulxLA sortie de la semaine: le dernier roman de Monique Proulx, cette grande conteuse et auteure au talent immense.

« On sort de ce roman extraordinairement éclairé. Un roman qui m’a comblé. »
René Homier-Roy – Radio-Canada

On lui doit entre autres:

Prix et mentions

  • Prix des libraires du Québec 1994 (Homme invisible à la fenêtre)
  • Prix littéraire Desjardins 1994  (Homme invisible à la fenêtre)
  • Prix Québec-Paris 1993 (Homme invisible à la fenêtre)

Vous retrouverez ce livre sur le site

logo_leslibraires

cropped-wajdi.jpg

La petite pieuvre qui voulait jouer du piano — Wajdi Mouawad

Quelle belle surprise ce matin!!! Quand on ouvre une boîte remplie de livres et qu’on y déniche des petits trésors comme celui-ci, on se croirait à Noël!

Livre La petite pieuvre qui voulait jouer du piano

  • Texte de Wajdi Mouawad
  • Illustration de Stéphane Jorisch
  • LES ÉDITIONS DE LA BAGNOLE
  • Collection MODÈLES UNIQUES

Description du livre:

Hector rêve d’apprendre à jouer du piano. Mais dans son monde, les pieuvres doivent d’abord apprendre à froncer les sourcils. Le jeune poulpe échappe à sa famille et traverse les abysses pour trouver, dans le ventre d’une baleine, un grand, très grand musicien qui lui apprend bien plus que la musique…

Extrait:

guillemetHector ne pensa plus à autre chose et tous les jours il venait en cachette retrouver le piano pour jouer avec lui. Il ne se contentait pas seulement de découvrir les notes noires et blanches du clavier, mais il explorait tout l’instrument, l’ouvrant, appuyant sur les pédales, grattant les cordes à l’intérieur du coffre, caressant les marteaux et les feutres.

–Je t’aime tant, dit Hector au piano.

–Tu m’aimerais davantage si tu savais parler ma langue.

 

Ce livre est disponible chez votre libraire indépendant ou sur le site LES LIBRAIRES.