pau1

Paul dans le Nord — Michel Rabagliati

paul3La bande dessinée européenne est cartonnée et en couleur. Au Québec, la bande dessinée d’auteur est en couverture souple et en noir et blanc.

Heureusement, une locomotive tire ce type de livre vers un plus grand lectorat. Ce chef de file, c’est Michel Rabagliati et sa série Paul. Surfant sur la vague du film, la Pastèque nous offre un autre, et peut-être dernier, Paul.

L’arme ultime de séduction de la série est sans aucun doute la nostalgie. En lisant un Paul, on se reconnait, on se retrouve, on se rappelle. Dans ce tome, Paul dans le Nord, l’auteur vise juste avec l’adolescence, période chérie de plusieurs…. l’effet est double. L’histoire traite donc des nombreuses premières expériences avant l’âge adulte, donc bien des déboires! Les adolescences se ressemblent, alors tous s’y retrouveront à différents degrés. Michel Rabagliati frappe fort en plaçant son personnage de 16 ans à Montréal pendant les Olympiques de 1976. Ce contexte historique rajoute une trame très intéressante puisqu’elle touche des souvenirs collectifs communs.

paul2

L’illustrateur est graphiste de métier, ce penchant est donc très présent dans son dessin. Les objets et les décors dans un Paul, sont simplifiés, stylisés voire même  »iconisés ». De cette manière, peu importe les référents, le lecteur reconnait dans son passé les éléments de la BD. Pour une mobylette par exemple, il faut bien gérer l’équilibre entre un dessin trop détaillé, qui représente uniquement un seul modèle, et un dessin trop vague, qui pourrait ressembler à une moto ou même un vélo. C’est là tout le talent de Rabagliati, son dessin correspond exactement à ce que nous avons en tête. Peu importe le lecteur, la magie opère! Bien sur, il glisse encore des détails en arrière plan, une pochette de disque, une affiche de commerce ou autre qui situe l’époque qui concrétise la vue d’ensemble.  Fait marquant, les pleines pages sont très jolies et la scène de la tempête donne vraiment froid! paul4

Bref, une autre réussite pour les éditions la Pastèque, mon album préféré n’est pas délogé, mais celui-ci se situe dans les meilleurs quand même. Paul dans le Nord: un album que les amateurs dévoreront sur le champs et que les indécis espèreront recevoir à Noël!

Dany Arsenault

 

 

2 réflexions sur “Paul dans le Nord — Michel Rabagliati

  1. François Bourdages dit :

    J’ai adoré la BD. Je crois ne pas m’égarer en disant que c’est l’une, sinon LA meilleure BD de la série.

  2. Dany dit :

    Je crois que chaque BD de Paul s’ancre dans nos souvenirs. Si c’est votre préféré, c’est qu’elle vous touche plus particulièrement. Tant mieux! Pour ma part, ayant déjà été moniteur de terrain de jeux, je préfère Paul a un travail d’été. Merci de votre commentaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>