Matisiwin_3D1-890x350

Matisiwin — Marie-Christine Bernard

MATISIWIN signifie VIVRE en langue atikamekw et VIVRE a longtemps représenté un défi pour la jeune Sarah Mikonic, cette jeune amérindienne un peu perdue que vous apprendrez à connaître au fil des pages.

Pour retrouver la paix, se guérir et donner un sens à sa vie, Sarah décide d’entreprendre la marche des ancêtres (moteskano). Son pèlerinage nous est raconté par sa grand-mère décédée qui s’adresse à elle comme un guide. Pendant de longs jours, elle marchera dans les pas de ses ancêtres à la rencontre de sa propre identité, de sa raison d’être. Elle le fera pour elle, pour sa fille et pour les enfants qui suivront. Pour ceux qui restent et en mémoire de ceux qui ont tracé la route pour elle.

Et puis, ma belle nosim, ma petite-fille, ma Sarah, ma Mikonic, ma Petite-Plume, je te regarde avancer dans ce monde et le prendre à bras-le-corps, et je comprends que tu marches vers ce que nous serons.

Passé et présent se croisent à travers la voix de la grand-mère et c’est à travers cette voix, singulière et sage, que l’auteure a choisi de raconter la vie de toute une communauté, celle des Atikamekw.  Elle nous raconte leur histoire, leurs traditions, leur mythologie, mais aussi leurs deuils, leurs pertes, leur déracinement. Bref, la douleur, mais aussi le pardon.

Regarde-la, maintenant, Nosim.  Regarde ta douleur.  Elle a plusieurs visages, mais ces visages sont ceux d’une seule douleur.  Elle est toi. Elle te fait ce que tu es maintenant.  Nomme-la.  En la nommant, déjà tu vas lui faire peur, la rendre moins grosse, peut-être lui donner envie de partir.  Nomme-la.  Akosiwin.  Douleur.

Rien n’est épargné dans ce récit. On y raconte les réserves, les pensionnats, les problèmes de toxicomanie… mais tout ça sans jugement et toujours en parallèle avec leur histoire et la sagesse des anciens.

Ouvrir ce livre c’est accepter de prendre la route avec Sarah, de marcher à ses côtés, de la laisser nous raconter le passé de toute une lignée de femmes qui ont contribué à façonner sa propre histoire. Vous verrez, c’est une femme forte. Elle trébuchera peut-être, mais se relèvera et choisira de VIVRE (matisiwin).

C’est là une histoire bouleversante que nous offre Marie-Christine Bernard, un ouvrage puissant et nécessaire pour mieux comprendre et juger moins. Et ce, dans un style sensible et poétique qui rend justice à la sagesse de ce peuple.

Mélanie

Une réflexion sur “Matisiwin — Marie-Christine Bernard

  1. Dany Arsenault dit :

    Décidément, il faut que je le lise!
    Bon choix de citations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>