l-homme-qui-tua-lucky-luke

L’homme qui tua Lucky Luke – Mathieu Bonhomme – Lucky Comics

Les derniers albums de Lucky Luke, ceux réalisés après la mort du grand Morris, étaient bons. On avait même pensé à Daniel Pennac, Laurent Gerrat ou Tonino Benacquista au scénario afin de réinventer la série. Mais à chaque fois, Achdé copiait parfaitement le style des années glorieuses de Lucky Luke. Au dessin, donc, rien n’y paraissait. Cette fois-ci, on prend un beau risque. Mathieu Bonhomme dessine et écrit Lucky à son gout, selon son style.

lhomme-qui-tua-lucky-luke-extrait

Mathieu Bonhomme, mieux connu pour son excellent Marquis d’Anaon et sa belle série jeunesse Esteban, avait aussi fait ses armes sur une série appelée Texas Cowboy. Le western, il s’y connait donc! Son Lucky Luke est un peu plus réaliste, un peu plus élancé. À la coloration, on remarque rapidement les cases en deux couleurs comme le faisait souvent Morris. Les décors aussi sont campés avec plus de réalisme. On devine la vie rude de l’époque avec les rues vaseuses et les bâtiments rustiques.  Finalement, la mise en page demeure classique et fluide, mais on sent une légère innovation dans les moments dramatiques où les plans sont changés. La scène du duel, entre autres, est fantastique!

matthieu-bonhomme-lhomme-qui-tua-lucky-luke-arrivee

Mathieu Bonhomme le précise dans la préface, il est un fan de l’homme qui tire plus vite que son ombre. D’ailleurs, ça se sent à plusieurs niveaux dans son scénario.  Tout d’abord lorsque Lucky Luke arrive à Froggy Town, sa légende le précède. Les gens sont étonnés ou même honorés de le rencontrer. Celui qui tua Lucky Luke est même conscient qu’il entrera dans l’Histoire. Peut-être par respect, sans doute pour lui rendre « hommage », Bonhomme nous offre une histoire à la hauteur de ce que pouvait nous offrir Morris: l’arrivée dans une nouvelle ville, une intrigue, un vol de diligence, des personnages louches, des alliés, des indiens, des rebondissements et surtout des petites touches d’humours savoureuses.  Bref, l’auteur met l’accent sur des moments iconiques: la première fois qu’il se nomme, la demande d’aide des villageois et son premier « ouaip! » et bien sûr, un clin d’œil à l’abandon de la cigarette… Très drôle! On sent que l’auteur adore autant que nous ces bijoux scénaristiques de la série.

lucky luke2

Qu’on soit amateur ou non, Lucky Luke est une légende de la littérature. Ce livre est un cadeau parfait car les néophytes gouteront à un bon western et les connaisseurs s’amuseront à faire les comparaisons, trouveront le scénario plus mature et se réconforteront dans les éléments connus de la série. Ma question est : Cette bande dessinée est un évènement anniversaire, qu’adviendra-t-il de la suite?

 

Dany Arsenault

Une réflexion sur “L’homme qui tua Lucky Luke – Mathieu Bonhomme – Lucky Comics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>