perles

Elle — Harriet Lane

Elle - Harriet LaneAprès Le beau monde, un roman psychologique féroce publié chez PLON en 2012, voilà qu’Harriet Lane récidive avec un thriller psychologique tout aussi troublant.

Un thriller comme je les aime : une progression lente, des indices livrés à la miette, des personnalités complexes et ambiguës, la tension qui grimpe lentement et qui fait naître l’angoisse chez le lecteur. Cocktail parfait pour que je n’arrive plus à déposer le livre.

Ce récit intimiste explore une relation tortueuse, celle d’Emma et Nina : deux femmes dans la jeune quarantaine aux vies diamétralement opposées. Emma : jeune mère de famille débordée qui a mis sa vie professionnelle en sourdine le temps d’élever ses deux bambins et qui tente par tous les moyens de garder la tête hors de l’eau. Et Nina, une artiste peintre raffinée qui semble toujours en parfait contrôle.

Au départ, rien ne semble lier ses deux femmes, mais lorsqu’elles se croisent par hasard à la sortie d’un magasin, le lecteur comprend (sans savoir pourquoi) qu’Emma a causé un tord immense à Nina. Inconsciemment bien sûr puisque celle-ci ne se souvient pas de l’avoir déjà rencontrée auparavant. « L’Émotion de la découvrir ainsi devant moi après tout ce temps me submerge avec une force presque implacable : une intensité comparable à la panique, ou à la passion. »

Mais que c’est-il passé pour que Nina soit si bouleversée? Ça, l’auteur se gardera bien de le dire directement, s’amusant (très habilement d’ailleurs) à nous égrainer les indices au fil des pages, parsemant ici et là des morceaux de preuve du désir de vengeance qui habite Nina. Mais jusqu’où ira t-elle? C’est ce qu’on se demande jusqu’à la fin. Son esprit est-il aussi dérangé qu’on le soupçonne ou exerce-t-elle tout de même un contrôle sur son désir de vengeance? Le doute fait naître chez le lecteur un malaise qui ne cesse de grandir tout au long de l’histoire.

Bref, nous avons là un thriller psychologique finement construit avec un procédé narratif intéressant : l’auteur nous donnant accès tour à tour au récit de chacune des deux femmes. Nous voyons ainsi se construire l’intrigue à la fois dans le regard de la femme manipulée et dans celui de la tortionnaire. En fait, elle est beaucoup trop subtile pour qu’on lui attribue ce titre d’emblée. Elle nous semble si aimable parfois qu’on se dit qu’elle ne pourra rien commettre de si grave. Allons savoir.

Un roman tout en subtilité et d’une grande efficacité!

Bonne lecture!

Mélanie

Une réflexion sur “Elle — Harriet Lane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>