image

Des voix de femmes inspirantes

En cette journée des femmes, j’ai eu envie de vous partager mes coups de coeur pour des femmes d’ici, des voix intimes, sublimes et remarquables.

LA FEMME QUI FUIT (ANAÏS BARBEAU-Lavalette)

9782923896502LA FEMME QUI FUIT vous prend aux tripes, vous écorche autant qu’il vous touche. La douleur tient probablement dans la révolte que nous éprouvons face à cette femme qui choisit d’abandonner sa famille. Comment une mère peut-elle demeurer insensible devant les suppliques de sa fille qui l’attendra toute sa vie? Ahu nom de quoi? Il faut lire jusqu’au bout pour tenter de saisir la soif de liberté, impossible à étancher, qui habite cette femme en fuite continuelle.

Un récit bouleversant. Une écriture intime, puissante et remarquable.

BLANC DEHORS (MARTINE DELVAUX)

9782923975665Martine Delvaux, une auteure de l’intime, du vrai, nous offre avec Blanc dehors, une quête d’identité, un récit intime et déchirant d’une femme qui cherche à retracer son histoire en remplissant les blancs. Elle avance à tâtons dans un brouillard épais fait de silences, de secrets et de non-dits. Elle grappille ici et là des indices laissés au hasard, indices rares et précieux qu’elle tente de relier entre eux pour reconstituer ce qui a été avant qu’elle n’arrive au monde. Elle veut savoir. Pourquoi il a fui. Que serait-elle devenue si elle avait connu ce père qui n’en a jamais été un. Un roman qui questionne, qui remue. Un récit d’une beauté bouleversante.

 

LES FILLES BLEUES DE L’ÉTÉ (MIKELLA NICOL)

fillesSon premier roman, Les filles bleues de l’été, nous révèle deux âmes meurtries, esseulées, « deux peaux vidées », solidaires dans leur désespoir. Deux récits nous sont ainsi offerts en alternance, se croisent et se font face. D’un côté, celui de Clara qui est rongée par la colère, celle que laissent dans leur sillon les amours blessés. De l’autre, celui de Chloé, submergée par la tristesse. Elles ont toutes les deux perdu leurs repères, se sentent étrangères où qu’elles aillent. Partout, sauf là-bas… ce lieu auquel elles appartiennent, au même titre que le vent, les feuilles, le lac. Ainsi, elles trouveront refuge dans le chalet de leur enfance, s’envelopperont dans les souvenirs, dans l’espoir de voir se dissiper le brouillard. Mais l’été laissera place à l’automne…

BLUES NÈGRE DANS UNE CHAMBRE ROSE (JENNIFER TREMBLAY)

bluesJennifer Tremblay nous offre un récit de l’intime, criant de vérité, une confidence aux accents blues sur fond de nuits blanches, révélant au jour une passion dévorante, un amour qui consume. Ce roman se veut pour Fanny, la narratrice, un récit-exutoire dans lequel elle s’adresse à Bobo, son amant-musicien noir comme la nuit. Elle est obsédée par lui, par sa peau « imbibée d’un parfum imaginé par Dieu ». Elle se donne à lui tout entière, s’abandonne totalement à leur histoire qui deviendra un véritable manège infernal.

Mais peut-on vraiment se guérir d’une passion comme celle-ci, d’un amour-incendie, ou doit-on la laisser nous consumer totalement jusqu’à ce qu’il n’en reste que des cendres et espérer ultimement pouvoir en renaître? Un roman poétique d’une grande intensité.

LES MURAILLES (ERIKA SOUCY) – LECTURE EN COURS 

imageJe viens tout juste de découvrir Erika Soucy, de me frotter à son écriture brute et authentique. J’ai été littéralement bouleversée par son poème Sursis publié dans le collectif Femmes rapaillées et je me suis aussitôt attaquée à son roman Les murailles qui vient tout juste de paraître chez VLB éditeur. Et j’y ai retrouvé avec bonheur toute la puissance de sa poésie qui sonne tellement vraie, tellement juste.

 

Une jeune auteure à découvrir!

 

D’autres auteures d’ici que j’affectionne particulièrement et qui m’inspirent:

  • Kim Thuy
  • Aki Simazaki
  • Fanny Britt
  • Suzanne Richard
  • Christine Eddie
  • Dominique Fortier

D’autres suggestions inspirantes sur le site LES LiBRAIRES: des portraits de femmes diverses qui chacune à leur manière ont contribué à changer les choses.

 

2 réflexions sur “Des voix de femmes inspirantes

  1. Marie-Claude dit :

    Une excellente idée que ce billet! Chapeau! « Les filles bleues de l’été » m’intrigue beaucoup… Et que dire des « Murailles » sinon que c’est un immense coup de coeur.

  2. Mélanie dit :

    Mikella Nicol a été pour moi une révélation, au même titre qu’Erika Soucy, mais dans un style complètement différent, plus doux, quoique tout aussi puissant. Une écriture tout en images qui nous laisse deviner, ressentir. Le sujet est dur, la réalité douloureuse, mais l’écriture tellement belle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>