image

Et les regrets aussi – Seth Greenland [Liana Levi]

Jeremy Best est un avocat bien en vue d’un grand cabinet new-yorkais, dont la véritable passion n’est pas de gérer des fiducies ou de planifier des successions, mais plutôt d’écrire de la poésie. C’est donc ce qu’il fait, la nuit, à l’ombre d’un pseudonyme. Bien qu’il se présente au départ comme un être plutôt pragmatique, Jérémy est en fait  un grand rêveur. Un artiste dans l’âme. Il ère en solo dans les dédales du quotidien jusqu’à ce qu’il rencontre Spaulding, une jeune femme un brin crazy au franc-parler et à l’air audacieux. Une rencontre comme un feu d’artifices. De celles qui forcent à se questionner : sauter dans le vide ou renoncer?

Et les regrets aussi

Mais sa rencontre « feu d’artifices » n’est pas le seul événement qui bouleversera sa vie cet été là. Un matin, en se savonnant sous la douche, Jérémy remarque un renflement plutôt suspect dans le bas de son ventre. Ces deux séismes vont littéralement obséder Jérémy et le forcer à faire des choix. Encore. Fera-t-il les bons cette fois?

Une love strory rafraichissante, qui n’a rien de mielleux, et dans laquelle l’auteur porte un regard à la fois drôle et terriblement lucide sur les « j’aurais dont dû » qui nous assaillent souvent. Lire la suite

Mise en page 1

En attendant Bojangles — Olivier Bourdeaut [Finitude]

Sa jaquette flamboyante aux allures pop art m’a tout de suite tapé dans l’œil! Mais ce que j’ai découvert sous la couverture était plus flamboyant encore: un véritable tourbillon d’excentricité, d’amour fou et de vertige. Un formidable premier roman pour Olivier Bourdeaut: un nom à retenir.

Un amour fou donc. Voilà la prémisse. Et trois personnages épiques qui valsent leur vie et vivent leur folie au rythme de leurs envies: une femme-enfant fantasque et extravagante, qui change de prénom tous les jours, un homme qui lui voue un amour infini, et qui fera pour elle les plus belles folies, et un fils en admiration devant ces deux êtres plus grands que nature. Avec, en fond sonore, la magnifique chanson de Nina Simone, Mr Bojangles, qui tourne en boucle tout au long du roman.

Si le ton nous semble, de prime abord, léger et pétillant comme le champagne, il se cache derrière le rideau de l’humour un profond désespoir. Celui d’un amour fou et vertigineux qui les  conduira tout droit dans le précipice.

L’histoire nous est racontée par le fils du couple, qui grandit au milieu d’une mascarade perpétuelle, entre les fêtes bien arrosées, les châteaux en Espagne, la musique incessante, les danses tourbillonnantes…  Mais il n’est pas dupe. Il réalise rapidement que la vie à la maison appartient à un autre monde et il se garde bien d’en parler à l’école. Il a vite compris qu’il devait mentir à l’envers à son professeur et mentir à l’endroit à la maison, question de ne froisser personne. Mais les exigences de son enseignante et la réalité scolaire trop rigide et trop stricte allaient à l’encontre du mode de vie des parents. Ces derniers vont donc retirer le garçon de l’école pour que la fête continue! Lire la suite

image

J’ai toujours ton cœur avec moi – Soffia Bjarnadottir [Zulma]

J’ai toujours ton cœur avec moi est un roman poétique et insolite sur la maternité, la transmission, la mort et la folie, livré d’un seul souffle par la voix de Soffia Bjarnadottir, une jeune auteure islandaise à découvrir! Vous verrez, sa plume parfois fantasque, mais qui sonne toujours très juste, saura vous charmer, j’en suis certaine. Et vous retrouverez avec plaisir le souffle rafraîchissant de la littérature scandinave.

Après de nombreuses mises en scènes grotesques, Siggy, la mère d’Hildur, est morte (pour vrai cette fois) et lui a légué une petite maison jaune sur l’île de Flatey… ça, et son mal étrange.

Quand je suis revenu de l’école, elle était allongée tout habillée dans la baignoire, une Winston light aux lèvres. Johnny Cash hoquetait sur la platine. Ce genre de comédie ne me perturbait pas. Au fil du temps les mises en scène théâtrales de ma mère avait fini par m’ôter toute réaction. J’avais appris depuis l’enfance à ne plus trop ressentir.

Siggy l’excentrique « avait perdu le nord » depuis un bon moment déjà et n’avait jamais vraiment assuré son rôle de mère.

Dans ce récit à la construction chaotique, nous accompagnons Hildur dans un voyage étrange sur une petite île perdue, au cœur de ses souvenirs mélancoliques, tentant de faire le deuil d’une mère qui n’en a jamais été vraiment une. Lire la suite

Toute la lumière que nous n pouvons voir

Toute la lumière que nous ne pouvons voir — Anthony Doerr

Dès que je l’ai vu, j’ai été attirée. Par le titre d’abord, puis la jaquette aussi m’a fait de l’œil. Les critiques semblaient unanimes. Mais les 600 pages du bouquin m’ont un peu refroidie… Ma pile de livres à lire était vertigineuse et me lancer dans la lecture d’un tel pavé m’aurait ralentie. Alors je reportais sans cesse sa lecture… Jusqu’à ce dernier week-end  de janvier…

Après 50 pages, je savais que j’avais entre les mains un p’tit bijou. Mais après 300, je pouvais affirmer qu’il s’agissait là d’une œuvre puissante, magistrale. Magnifiquement écrite!

Sur fond de Seconde Guerre mondiale, l’auteur américain Anthony Doerr (Le mur de la mémoire)nous propose de suivre le destin croisé de deux jeunes adolescents que rien ne semble lier au départ. Le premier s’appelle Werner. C’est un jeune orphelin allemand, brillant et curieux, élevé avec sa jeune sœur Jutta dans le Zollverein, un complexe industriel construit autour d’une mine de charbon: «un pays d’acier et d’anthracite, criblé de trous». Werner, qui est plutôt callé en physique,  se fera enrôler bien malgré lui par les Nazis pour ses connaissances en transmission radio. L’autre, c’est Marie-Laure, jeune française aveugle, elle aussi vive et curieuse. Elle adore lire et se perdre dans l’univers de Jules Vernes. Elle vit seule avec son père, serrurier au Musée d’Histoire Naturelle de Paris. Lorsque la guerre éclate, elle doit trouver refuge chez son vieil oncle Etienne qui vit à St-Malo. On entre ainsi dans la peau de ces deux gamins qui seront précipités dans un monde en pleine explosion. On nous raconte, en alternance, la guerre de l’intérieur, de chaque côté des frontières… Jusqu’à ce que les deux récits se croisent dans un St-Malo bombardé. Lire la suite