image

À l’abri des hommes et des choses – Stéphanie Boulay

Cessons de parler de moitié blonde du duo, voulez-vous? Vous comprendrez, à la lecture de son premier roman, que Stéphanie Boulay est un TOUT qui ne fait pas les choses à moitié! Un tout rempli de talent en plus et qui signe ici un roman surprenant, donnant ainsi le coup d’envoi à la toute nouvelle collection LA SHOP  dirigée par Stéphane Dompierre chez Québec Amérique.

Stéphanie a su créer dans ce roman sombre et décalé un langage nouveau, propre à sa narratrice sans nom qui, malgré sa crochure, se révèle être d’une étonnante lucidité. Un personnage qui puise sa force dans sa marginalité et dans la couleur de ses mots, tantôt poétiques, tantôt drôles (sans le vouloir), toujours justes.

Ça n’est pas très facile d’être à l’intérieur de moi, et des fois je préférerais plutôt être à côté pour pouvoir me sauver en criant.

Il n’est pas facile d’être toute croche de l’intérieur, d’être pas très bolle et pas très belle. De se sentir seule. De savoir que la Titi qu’on aime tant,  et qui prend soin de nous comme elle peut, est au bout du rouleau de nous. Que c’est juste trop pour elle, pour ses p’tites épaule et son p’tit cœur. Mais c’est pas une excuse pour trahir, même si dans le fin fond des fins fonds… on la comprend un peu.

Ça ne se rachète pas, la confiance, il faut la gager et avec moi ça prend du temps, la gagner, et aussi du temps, la perdre. Mais une fois qu’il n’y en a plus, je ne suis pas capable d’en fabriquer commercialement et c’est tout, merci bonsoir. C’est comme ça que je suis faite dans mon petit coco de nouille, dans mon petit coco de sauvageonne.

Cette petite sauvageonne au langage coloré, qui vit en marge avec sa grande sœur qui gobe des pilules tout l’hiver pour ne pas sombrer, toute petite dans sa tête malgré son corps qui grandit, porte un regard criant de vérité sur le monde.

Un roman qui sonne plus vrai que vrai. Pile poil sur la note!

Parce qu’il faut savoir se faire confiance, écouter son instinct et surmonter sa trouille de peur! Félicitations Stéphanie!

Mélanie

image

Et les regrets aussi – Seth Greenland [Liana Levi]

Jeremy Best est un avocat bien en vue d’un grand cabinet new-yorkais, dont la véritable passion n’est pas de gérer des fiducies ou de planifier des successions, mais plutôt d’écrire de la poésie. C’est donc ce qu’il fait, la nuit, à l’ombre d’un pseudonyme. Bien qu’il se présente au départ comme un être plutôt pragmatique, Jérémy est en fait  un grand rêveur. Un artiste dans l’âme. Il ère en solo dans les dédales du quotidien jusqu’à ce qu’il rencontre Spaulding, une jeune femme un brin crazy au franc-parler et à l’air audacieux. Une rencontre comme un feu d’artifices. De celles qui forcent à se questionner : sauter dans le vide ou renoncer?

Et les regrets aussi

Mais sa rencontre « feu d’artifices » n’est pas le seul événement qui bouleversera sa vie cet été là. Un matin, en se savonnant sous la douche, Jérémy remarque un renflement plutôt suspect dans le bas de son ventre. Ces deux séismes vont littéralement obséder Jérémy et le forcer à faire des choix. Encore. Fera-t-il les bons cette fois?

Une love strory rafraichissante, qui n’a rien de mielleux, et dans laquelle l’auteur porte un regard à la fois drôle et terriblement lucide sur les « j’aurais dont dû » qui nous assaillent souvent. Lire la suite

image

Les murailles — Erika Soucy [VLB éditeur]

J’ai découvert la plume d’Erika Soucy à travers son poème SURSIS paru dans le collectif FEMMES RAPAILLÉES, publié chez Mémoire d’encrier tout récemment. Elle m’a littéralement jetée par terre avec son écriture fracassante de vérité.

Il ne m’en fallait pas plus pour me convaincre de me plonger tête première dans son roman LES MURAILLES qui vient tout juste de paraître chez VLB éditeur. Un roman fait de tendresse et de questionnements, d’absence, de vide à combler, de poésie aussi… Le tout livré dans un style brute, sauvage et authentique.

C’est à bord d’un dash 8 que la jeune poète s’envole vers La Romaine en quête de réponses. Se demandant depuis toujours ce qui pouvait bien y avoir là-bas dans le Nord de si spécial, de tellement grand que son père et tous les hommes de sa famille s’y sont réfugiés, oubliant tout le reste. Elle se rend donc là-bas, pour une semaine, avec son carnet de notes pis ses bottes à cap, dans l’espoir d’en apprendre un peu plus sur cet homme, plus grand que nature  qu’elle n’a pas connu suffisamment pour pouvoir dire si elle l’aime vraiment. Ou plutôt si, elle l’aime, malgré tout, on le devine, mais lui… pourquoi a-t-il choisi cette vie-là, sans elle, sans eux…

Je suis en route pour les chantiers mythiques où c’est qu’y’a l’air de faire toujours frette: Mont-Wright, Eastmain, La Romaine… Du pareil au même quand j’étais ti-cul. Pis encore aujourd’hui… Des pays lointains qui nous transforment tranquillement de l’intérieur. Je suis en route vers le mur qu’il a construit et qui nous sépare encore, vers là où il a sauvé notre peau. Parce que l’absence c’était notre méthadone pour passer au travers. [..]

T’aurais pas tord de m’accuser de courir après le trouble, mais j’ai trop de questions encore pour l’adulte que je deviens. Faut que j’aille comprendre qui il est. Faut que j’aille voir si c’est de sa faute. Si je peux encore croire qu’on était dans le même bateau, moi pis les amis d’école, orphelins toute la gang des chantiers de l’Hydro. Conçus fly in, élevés fly out. Je me suis promis de faire mieux que lui, de commencer par la base.

Lire la suite

image

Des voix de femmes inspirantes

En cette journée des femmes, j’ai eu envie de vous partager mes coups de coeur pour des femmes d’ici, des voix intimes, sublimes et remarquables.

LA FEMME QUI FUIT (ANAÏS BARBEAU-Lavalette)

9782923896502LA FEMME QUI FUIT vous prend aux tripes, vous écorche autant qu’il vous touche. La douleur tient probablement dans la révolte que nous éprouvons face à cette femme qui choisit d’abandonner sa famille. Comment une mère peut-elle demeurer insensible devant les suppliques de sa fille qui l’attendra toute sa vie? Ahu nom de quoi? Il faut lire jusqu’au bout pour tenter de saisir la soif de liberté, impossible à étancher, qui habite cette femme en fuite continuelle.

Un récit bouleversant. Une écriture intime, puissante et remarquable.

BLANC DEHORS (MARTINE DELVAUX)

9782923975665Martine Delvaux, une auteure de l’intime, du vrai, nous offre avec Blanc dehors, une quête d’identité, un récit intime et déchirant d’une femme qui cherche à retracer son histoire en remplissant les blancs. Elle avance à tâtons dans un brouillard épais fait de silences, de secrets et de non-dits. Elle grappille ici et là des indices laissés au hasard, indices rares et précieux qu’elle tente de relier entre eux pour reconstituer ce qui a été avant qu’elle n’arrive au monde. Elle veut savoir. Pourquoi il a fui. Que serait-elle devenue si elle avait connu ce père qui n’en a jamais été un. Un roman qui questionne, qui remue. Un récit d’une beauté bouleversante.

 

LES FILLES BLEUES DE L’ÉTÉ (MIKELLA NICOL)

fillesSon premier roman, Les filles bleues de l’été, nous révèle deux âmes meurtries, esseulées, « deux peaux vidées », solidaires dans leur désespoir. Deux récits nous sont ainsi offerts en alternance, se croisent et se font face. D’un côté, celui de Clara qui est rongée par la colère, celle que laissent dans leur sillon les amours blessés. De l’autre, celui de Chloé, submergée par la tristesse. Elles ont toutes les deux perdu leurs repères, se sentent étrangères où qu’elles aillent. Partout, sauf là-bas… ce lieu auquel elles appartiennent, au même titre que le vent, les feuilles, le lac. Ainsi, elles trouveront refuge dans le chalet de leur enfance, s’envelopperont dans les souvenirs, dans l’espoir de voir se dissiper le brouillard. Mais l’été laissera place à l’automne…

BLUES NÈGRE DANS UNE CHAMBRE ROSE (JENNIFER TREMBLAY)

bluesJennifer Tremblay nous offre un récit de l’intime, criant de vérité, une confidence aux accents blues sur fond de nuits blanches, révélant au jour une passion dévorante, un amour qui consume. Ce roman se veut pour Fanny, la narratrice, un récit-exutoire dans lequel elle s’adresse à Bobo, son amant-musicien noir comme la nuit. Elle est obsédée par lui, par sa peau « imbibée d’un parfum imaginé par Dieu ». Elle se donne à lui tout entière, s’abandonne totalement à leur histoire qui deviendra un véritable manège infernal.

Mais peut-on vraiment se guérir d’une passion comme celle-ci, d’un amour-incendie, ou doit-on la laisser nous consumer totalement jusqu’à ce qu’il n’en reste que des cendres et espérer ultimement pouvoir en renaître? Un roman poétique d’une grande intensité.

LES MURAILLES (ERIKA SOUCY) – LECTURE EN COURS 

imageJe viens tout juste de découvrir Erika Soucy, de me frotter à son écriture brute et authentique. J’ai été littéralement bouleversée par son poème Sursis publié dans le collectif Femmes rapaillées et je me suis aussitôt attaquée à son roman Les murailles qui vient tout juste de paraître chez VLB éditeur. Et j’y ai retrouvé avec bonheur toute la puissance de sa poésie qui sonne tellement vraie, tellement juste.

 

Une jeune auteure à découvrir!

 

D’autres auteures d’ici que j’affectionne particulièrement et qui m’inspirent:

  • Kim Thuy
  • Aki Simazaki
  • Fanny Britt
  • Suzanne Richard
  • Christine Eddie
  • Dominique Fortier

D’autres suggestions inspirantes sur le site LES LiBRAIRES: des portraits de femmes diverses qui chacune à leur manière ont contribué à changer les choses.