Rentrée littéraire printanière

Rentrée littéraire printanière

L’hiver s’en va, c’est dur à croire mais on a passé à travers; la terre dégèle, les filles sont belles… [Richard Desjardins] Et les sorties littéraires prévues dans les prochaines semaines annoncent un printemps florissant!

Découvrez ce que la belle saison nous réserve comme surprises littéraires:

En mars

Big Bang – Neil Smith [Alto]

Quel plaisir de retrouver la plume originale, pétillante et humaine de Neil Smith, après le succès retentissant de Boo! Il est sur le « top » de la pile celui-là!

9782896942572Naviguant sur les fines lignes qui séparent le rire des pleurs, la tendresse de l’indifférence, les récits qui composent Big Bang explorent les lois de l’attraction qui nous unit et présentent des personnages gravitant aux lisières des trous noirs.

Touchantes ou dures, improbables ou d’une formidable acuité, toujours pétillantes d’intelligence, les histoires imaginées par Neil Smith (Boo) rendent compte de la condition humaine avec le doigté caractéristique d’une des plumes les plus profondément originales de la scène littéraire actuelle.

 

La chambre Neptune – Bertrand Laverdure [la peuplade]

Ce roman m’attire comme un aimant: une grande poésie se dégage de son titre et la photo en couverture, choisie avec soin, ajoute à ce sentiment. Je suis impatiente, même si je sais que je sortirai bouleversée de cette lecture.

9782924519165La chambre Neptune déplie un univers agonique : la longue agonie d’une civilisation et celle, courte, d’une jeune fille de onze ans. Se trace la relation clairvoyante entre Sandrine et son/sa médecin traitant/e, Tirésias. Par la grande maîtrise de son art, Bertrand Laverdure aborde avec humanisme tout ce qui entoure la mort prématurée d’un enfant, les émotions finales, la douleur qui nous invente et nos deuils perpétuels. Ce roman poétique invite à voir et à entendre les notes de la mélodie temporelle, la vie comme une partition.
La chambre Neptune explore les arcanes de l’identité, ses rapports au pouvoir et la mélancolie qui en résulte.

 

La chambre verte – Martine Desjardins [Alto]

Que dire de celui-ci sinon qu’il m’intrigue particulièrement. L’univers créé par Martine Desjardins est plutôt invitant… NON?

9782896942008Toute maison a ses secrets, mais aucune ne les protège plus jalousement que l’auguste demeure de la famille Delorme. Avec ses soixante-sept serrures et sa chambre forte où gisent les restes momifiés d’une femme serrant une brique entre ses dents, cette véritable banque privée a toujours tenu à l’abri des regards indiscrets son lot de biens mal acquis, de vices cachés, de rites cruels et de substances illicites. Jusqu’au jour où elle ouvre sa porte à Penny Sterling, une jeune intrigante dont les ressources n’ont d’égal que la curiosité… Saga familiale joyeusement gothique où les vieilles filles se soûlent à l’extrait de vanille, les orphelins cherchent à venger leur héritage volé et les maisons assouvissent leurs pulsions meurtrières.

 

Le cœur des cobayes – Gregory Lemay [Héliothrope]

une histoire un peu dingue. de fabuleux personnages. et une bonne dose d’humour. il ne m’en fallait pas plus. le cocktail est parfait!

9782923975849Au centre d’études pharmacologiques où il accepte d’être enfermé, gavé d’oxycodone et surveillé en échange d’une somme dérisoire, le narrateur de ce roman n’est qu’un numéro : 25. Son meilleur ami, Clown, aurait bien voulu l’accompagner, mais il a été recalé pour cause de maigreur extrême. Il l’attend donc à l’extérieur, espérant que 25 lui trouve parmi les participants une fille fréquentable. Justement, il y a 24, une jolie latina qui en a marre de son amant et s’apprête à le laisser. Elle et Clown, ça pourrait bien marcher… Sauf que 25 aussi, depuis toujours, cherche la femme de sa vie. Il lui parle et lui écrit, il l’attend dans le détour, il sait qu’il ne suffit que de la rencontrer. Et c’est ainsi que, côte à côte sur leurs chaises de vinyle, une seringue dans le bras et un gobelet ciré dans la main, 25 et 24 assistent à la naissance de leur amour, un amour étrange, fulgurant et certainement un peu fou. Mais qu’adviendra-t-il une fois que les portes du centre d’études s’ouvriront sur la vraie vie ? Lire la suite

image

J’ai toujours ton cœur avec moi – Soffia Bjarnadottir [Zulma]

J’ai toujours ton cœur avec moi est un roman poétique et insolite sur la maternité, la transmission, la mort et la folie, livré d’un seul souffle par la voix de Soffia Bjarnadottir, une jeune auteure islandaise à découvrir! Vous verrez, sa plume parfois fantasque, mais qui sonne toujours très juste, saura vous charmer, j’en suis certaine. Et vous retrouverez avec plaisir le souffle rafraîchissant de la littérature scandinave.

Après de nombreuses mises en scènes grotesques, Siggy, la mère d’Hildur, est morte (pour vrai cette fois) et lui a légué une petite maison jaune sur l’île de Flatey… ça, et son mal étrange.

Quand je suis revenu de l’école, elle était allongée tout habillée dans la baignoire, une Winston light aux lèvres. Johnny Cash hoquetait sur la platine. Ce genre de comédie ne me perturbait pas. Au fil du temps les mises en scène théâtrales de ma mère avait fini par m’ôter toute réaction. J’avais appris depuis l’enfance à ne plus trop ressentir.

Siggy l’excentrique « avait perdu le nord » depuis un bon moment déjà et n’avait jamais vraiment assuré son rôle de mère.

Dans ce récit à la construction chaotique, nous accompagnons Hildur dans un voyage étrange sur une petite île perdue, au cœur de ses souvenirs mélancoliques, tentant de faire le deuil d’une mère qui n’en a jamais été vraiment une. Lire la suite

Lili entre deux nids

Lili entre deux nids — Jonna Lund Sorensen [d’eux]

À surveiller en mars: le magnifique album jeunesse Lili entre deux nids mis en lumière et en couleurs par la talentueuse Jonna Lund Sorensen et traduit du Danois par Yves Nadon (pour notre plus grand bonheur!!!): co-fondateur (avec son épouse France Leduc) de la toute nouvelle et déjà très prometteuse maison d’édition D’EUX. En librairie le 16 mars 2016.

imageLili entre deux nids est un album touchant,  et plutôt marrant, bien rythmé et joliment illustré, sur la séparation et la capacité d’adaptation de nos petits moineaux.

L’auteure et illustratrice danoise y aborde avec justesse la confusion et le doute qui accompagnent les enfants lors de la séparation de leurs parents, sans oublier de souligner leur autonomie et leur impressionnante capacité d’adaptation.

À partir de 3 ans.

Les parents de Lili se sont encore disputés et ont décidé de vivre chacun de leur côté. Pauvre petite Lili, qui se balance entre deux nids. Confrontée à leur décision, elle doit s’adapter aux habitudes de chacun: des fruits et des noix chez l’un, des spaghettis-ketchup chez l’autre… Lire la suite

image

Ma rentrée littéraire d’hiver

Avec toutes les sorties prévues dans les prochaines semaines, l’hiver s’annonce bien rempli!!! Parmi les nouveautés de la rentrée 2016, il y a des auteurs que je suis heureuse de retrouver  (Kim Thuy, Meg Wolitzer) et d’autres que je suis drôlement contente de découvrir (Sean Michael, Mark Lavorato)… Il y a aussi  des titres que je sentais venir et que j’attendais avec impatience (La bête et sa cage, David Goudreault)… Bref, voici un p’tit topo (très personnel) des titres qui m’ont fait de l’œil et qui  s’ajouteront sur ma liste de lectures cet hiver. Il y a là-dedans de quoi me tenir au chaud jusqu’au printemps!

–JANVIER–

CORPS CONDUCTEURS  (Sean Michaels – Alto)      -LECTURE EN COURS!!!-

corpsL’apocalypse surviendrait qu’il ne s’en rendrait pas compte. Séquestré dans une cabine du Stary Bolchevique voguant vers Leningrad, un inventeur écrit une missive à Clara, son aimée. Scientifique, espion, musicien, maître de kung-fu et prisonnier, Léon Thérémine est avant tout amoureux. Comme les notes de l’invention qui porte son nom, les mots qu’il adresse à celle qu’il aime voyagent dans les airs, traces éthérées de son cœur déchiré entre la Russie et New York, Carnegie Hall et le goulag, la science et l’inexpliqué. Avec la maestria d’un virtuose, Sean Michaels mêle l’histoire et la légende dans ce premier roman couronné par le prix Giller.

 

Serafim et Claire (Mark Lavorato – Marchand de feuilles)

serafimClaire est une danseuse dont la réputation croît rapidement dans les théâtres du Montréal des années 1920. Serafim Vieira, photographe, est un immigrant solitaire qui erre dans les rues de la même ville, hanté par le souvenir d’un amour perdu dans son Portugal natal. Autour d’eux, la clameur des années folles et le bouillonnement de la métropole : des politiciens corrompus, l’essor du jazz, l’émergence du mouvement des suffragettes, les troubles dans le quartier chaud, le fascisme au cœur de la communauté italienne, tout cela sur la toile de fond de la division entre anglophones et francophones.

 

Autres titres à surveiller en janvier:

Lire la suite