image

À l’abri des hommes et des choses – Stéphanie Boulay

Cessons de parler de moitié blonde du duo, voulez-vous? Vous comprendrez, à la lecture de son premier roman, que Stéphanie Boulay est un TOUT qui ne fait pas les choses à moitié! Un tout rempli de talent en plus et qui signe ici un roman surprenant, donnant ainsi le coup d’envoi à la toute nouvelle collection LA SHOP  dirigée par Stéphane Dompierre chez Québec Amérique.

Stéphanie a su créer dans ce roman sombre et décalé un langage nouveau, propre à sa narratrice sans nom qui, malgré sa crochure, se révèle être d’une étonnante lucidité. Un personnage qui puise sa force dans sa marginalité et dans la couleur de ses mots, tantôt poétiques, tantôt drôles (sans le vouloir), toujours justes.

Ça n’est pas très facile d’être à l’intérieur de moi, et des fois je préférerais plutôt être à côté pour pouvoir me sauver en criant.

Il n’est pas facile d’être toute croche de l’intérieur, d’être pas très bolle et pas très belle. De se sentir seule. De savoir que la Titi qu’on aime tant,  et qui prend soin de nous comme elle peut, est au bout du rouleau de nous. Que c’est juste trop pour elle, pour ses p’tites épaule et son p’tit cœur. Mais c’est pas une excuse pour trahir, même si dans le fin fond des fins fonds… on la comprend un peu.

Ça ne se rachète pas, la confiance, il faut la gager et avec moi ça prend du temps, la gagner, et aussi du temps, la perdre. Mais une fois qu’il n’y en a plus, je ne suis pas capable d’en fabriquer commercialement et c’est tout, merci bonsoir. C’est comme ça que je suis faite dans mon petit coco de nouille, dans mon petit coco de sauvageonne.

Cette petite sauvageonne au langage coloré, qui vit en marge avec sa grande sœur qui gobe des pilules tout l’hiver pour ne pas sombrer, toute petite dans sa tête malgré son corps qui grandit, porte un regard criant de vérité sur le monde.

Un roman qui sonne plus vrai que vrai. Pile poil sur la note!

Parce qu’il faut savoir se faire confiance, écouter son instinct et surmonter sa trouille de peur! Félicitations Stéphanie!

Mélanie

image

Petite pause, grand projet!

Vous aurez remarqué que j’étais beaucoup moins présente sur le blogue depuis quelques semaines… Et cela s’explique par le fait que je travaille présentement sur un gros projet qui exige beaucoup de temps. J’en ai donc moins pour écrire des billets. Cela dit, je demeure présente et active sur la page Facebook de Carnet d’une libraire pour partager avec vous mes lectures du moment, mes coups de cœurs et autres suggestions littéraires.

Je ne peux rien vous révéler du projet pour l’instant, mais je vous invite à me suivre sur Facebook pour plus de détails au fil des semaines. #impatiente

Mélanie

sailboat-in-the-blue-sea

Bleu GASPÉSIE: du plus clair au plus foncé, j’affiche mes couleurs avec fierté!

Il y a 6 ans de ça, je mettais le cap sur la Baie-des-Chaleurs, en Gaspésie. Je suis arrivée en mai, sous un soleil de plomb, et devais repartir à la fin de l’été. Mais voilà. Je ne suis jamais repartie. Coup de foudre. Raz-de-marée. J’ai bousculé tous mes plans et me suis installée, me suis enracinée ici en Gaspésie. J’ai troqué mes talons hauts pour des sandales de plage et le bruit furieux des klaxons pour celui des vagues . Je suis désormais une fière Gaspésienne d’adoption qui affiche clairement ses couleurs: bleu ciel, bleu azur, bleu électrique, bleu outre-mer… en six ans, je suis passée par toutes les nuances, du plus clair au plus foncé.

Et ce matin, je vous présente des ouvrages qui mettent en valeur notre petit coin de paradis.

AUDIOFIL

LE PARC NATIONAL DE LA GASPÉSIE – Steeve Landry [Éditions GID]

ParcGaspesie-1200x1200La Gaspésie est riche. Grandiose. Et nous avons de quoi être fiers.

Voilà un livre qui met en valeur notre territoire et nous présente toute la richesse de notre merveilleuse Gaspésie.

Faire découvrir la Gaspésie, Steve Landry en a fait sa mission en nous offrant un livre absolument magnifique!!! Un livre de 180 pages, entièrement en couleurs et abondamment illustré. Cet ouvrage est d’abord un hommage aux premiers scientifiques qui ont été nombreux à nous faire découvrir toutes les richesses de ce territoire. Mais au-delà de ça, l’auteur nous présente également la généreuse offre touristique comme: les différents modes d’hébergement, les randonnées en montagne, l’observation de la faune, la flore alpine…

Un ouvrage que nous aimerons feuilleter pour la beauté de ses paysages et que les touristes voudront probablement rapporter en souvenirs….

+++ Des recettes mettant en vedette les produits du terroir gaspésien (avec des suggestions de vins d’accompagnement).

Lire la suite

l-homme-qui-tua-lucky-luke

L’homme qui tua Lucky Luke – Mathieu Bonhomme – Lucky Comics

Les derniers albums de Lucky Luke, ceux réalisés après la mort du grand Morris, étaient bons. On avait même pensé à Daniel Pennac, Laurent Gerrat ou Tonino Benacquista au scénario afin de réinventer la série. Mais à chaque fois, Achdé copiait parfaitement le style des années glorieuses de Lucky Luke. Au dessin, donc, rien n’y paraissait. Cette fois-ci, on prend un beau risque. Mathieu Bonhomme dessine et écrit Lucky à son gout, selon son style.

lhomme-qui-tua-lucky-luke-extrait

Mathieu Bonhomme, mieux connu pour son excellent Marquis d’Anaon et sa belle série jeunesse Esteban, avait aussi fait ses armes sur une série appelée Texas Cowboy. Le western, il s’y connait donc! Son Lucky Luke est un peu plus réaliste, un peu plus élancé. À la coloration, on remarque rapidement les cases en deux couleurs comme le faisait souvent Morris. Les décors aussi sont campés avec plus de réalisme. On devine la vie rude de l’époque avec les rues vaseuses et les bâtiments rustiques.  Finalement, la mise en page demeure classique et fluide, mais on sent une légère innovation dans les moments dramatiques où les plans sont changés. La scène du duel, entre autres, est fantastique!

matthieu-bonhomme-lhomme-qui-tua-lucky-luke-arrivee

Mathieu Bonhomme le précise dans la préface, il est un fan de l’homme qui tire plus vite que son ombre. D’ailleurs, ça se sent à plusieurs niveaux dans son scénario.  Tout d’abord lorsque Lucky Luke arrive à Froggy Town, sa légende le précède. Les gens sont étonnés ou même honorés de le rencontrer. Celui qui tua Lucky Luke est même conscient qu’il entrera dans l’Histoire. Peut-être par respect, sans doute pour lui rendre « hommage », Bonhomme nous offre une histoire à la hauteur de ce que pouvait nous offrir Morris: l’arrivée dans une nouvelle ville, une intrigue, un vol de diligence, des personnages louches, des alliés, des indiens, des rebondissements et surtout des petites touches d’humours savoureuses.  Bref, l’auteur met l’accent sur des moments iconiques: la première fois qu’il se nomme, la demande d’aide des villageois et son premier « ouaip! » et bien sûr, un clin d’œil à l’abandon de la cigarette… Très drôle! On sent que l’auteur adore autant que nous ces bijoux scénaristiques de la série.

lucky luke2

Qu’on soit amateur ou non, Lucky Luke est une légende de la littérature. Ce livre est un cadeau parfait car les néophytes gouteront à un bon western et les connaisseurs s’amuseront à faire les comparaisons, trouveront le scénario plus mature et se réconforteront dans les éléments connus de la série. Ma question est : Cette bande dessinée est un évènement anniversaire, qu’adviendra-t-il de la suite?

 

Dany Arsenault